Les bases de la thérapie brève: Le pouvoir de l'hypnose Ericksonienne

Je me suis longuement posée la question du premier article que j’allais écrire et très sincèrement l’inspiration me vient plus spontanément lors des séances face aux personnes que je reçois à mon cabinet que devant une page blanche.

Il me parait évident et même essentiel de commencer par le début et essayer de répondre de la façon la plus claire et simple à cette question que beaucoup de gens me posent: « qu’est ce que la thérapie brève ?»

Je pense que chaque thérapie a son utilité et ses bienfaits. Il est important pour certaines personnes de chercher le pourquoi de leur problème, d’en trouver la cause. D’avoir une réponse et parfois se rassurer. Les personnes qui souhaitent entamer une thérapie brève consultent afin de sortir du problème sans systématiquement en connaître l’origine.

Je tiens à souligner aussi que « thérapie brève ne signifie pas thérapeute pressé ». Notre but est d’aider les gens qui viennent nous consulter. Nous avons pour but d’accompagner et guider grâce à des outils puissants et rapide mais cela ne se déroule généralement pas en une séance.

Quand mes clients prennent place l’objectif n’est pas de ressasser le passé et s’embourber encore plus dans le problème. Les gens veulent avancer et se défaire définitivement de ce qui les ronge le jour et hante leurs nuits.

Ce qu’on appelle « thérapie brève » se constitue de plusieurs techniques dont l’hypnose Ericksonienne. Mais avant de vous expliquer plus précisément ce qu'est l'hypnose, comment ne pas parler de Milton Erickson qui comme son nom l’indique est l’homme qui a révolutionné l’hypnose thérapeutique.

Cette nouvelle approche, il la tient de sa propre expérience de vie. Suite à une poliomyélite sévère, il est hospitalisé à l’âge de 19 ans. Les médecins pensent qu’il ne passera pas la nuit. Il demande alors à sa mère de déplacer son lit et le mettre face à la fenêtre pour y regarder une ultime fois le coucher du soleil. Il dira ensuite que ce moment là a été sa première expérience d’auto-hypnose. Milton Erickson sortira totalement paralysé des membres après un coma de 3 jours. Pour lui, il n’est plus question de reprendre la ferme familiale. Mais de cette expérience il va commencer à observer les comportements humains, leurs gestes plus que les paroles. Il va aussi observer sa plus jeune sœur commencer à marcher et s’en inspirer. Débute pour Milton une auto rééducation. Grâce à ses observations, au pouvoir de l’imagination « Je ne pouvais même pas dire où se trouvaient mes bras et mes jambes dans mon lit. C'est ainsi que j'ai passé des heures à essayer de localiser ma main, mon pied, ou mes orteils, en guettant la moindre sensation, et je suis devenu particulièrement attentif à ce que sont les mouvements ». Après un an il peut remarcher avec des béquilles et décide de s’inscrire à la faculté de médecine. A 21 ans, il décide de partir en canoë pour explorer les lacs du Wisconsin. Pour ne pas effrayer ses parents il leur fait croire qu’il y va avec un ami. Milton vit cette aventure seul. A son retour, il n’a plus besoin de béquilles pour marcher et rentre portant le canoë sur le dos. L’approche de Milton Erickson est d’observer le langage du corps et non-verbal. Les mots mentent le corps jamais. Chaque être humain dispose de ses propres ressources, que nous possédons déjà les compétences. Il en a été la preuve.

Une anecdote que j’aime beaucoup et qui me touche est celle d’une femme qui traverse une période de déprime sévère chez qui Milton est allé suite à la demande d’un de ses amis qui était très inquiet de la solitude de sa tante. Elle ne côtoyait personne excepté la gouvernante et la femme de ménage et vivait recluse dans sa grande maison. Elle avait l’habitude de se rendre aussi souvent que possible à l’église mais ne parlait à personne. Un soir, Milton Erickson frappe à la porte de cette femme et se présente. Il demande également si il peut visiter la maison. Il se met à alors en quête de trouver quelque chose qui attire son attention mais surtout quelque chose qui prouve que cette femme y accorde une importance particulière. Rien dans toute cette grande maison jusqu’au moment où il voit dans la véranda 3 violettes africaine de couleurs différentes et une feuille qui venait d’être plantée. Il annonce alors à cette femme qu’il va demander à sa gouvernante d’aller acheter une violette africaine de chaque couleurs qu’elle n’avait pas, 50 pots de rempotage et de la terre pour y planter des feuilles et les faire grandir. Il demande également 200 pots de fleurs à offrir. L’ordre était qu’à chaque événement une naissance, un baptême, un mariage au sein de la paroisse elle devait offrir une violette africaine. Cette fleur si fragile qui demande une attention très particulière au quotidien. Elle a accomplie cette tâche et a offert comme le lui avait demandé Milton une fleur parfaite à chaque occasion. Bien entendu, elle offert plus de 200 fleurs durant les 23 années où elle a vécu après la visite de Milton Erickson. Elle y a mis tout son cœur et toute son énergie et ne s’est plus jamais sentie déprimée. Bien au contraire, sa vie a été remplie d’amis, d’attention.En une visite.Chaque personne est différente, chaque cas, chaque compétence et ressources aussi mais nous les possédons tous. A nous en tant que thérapeute de les trouver.

Pour terminer cette partie sur les origines de l'hypnose Ericksonienne, j'aimerai ajouter une dernière observation qu'à pu faire Milton Erickson.

Un jour dans sa jeunesse, il regarde son père qui se débat depuis un long moment avec un veau qui refuse de rentrer dans l’étable. Plus il tire sur la corde pour faire avancer le veau plus celui ci fait de la résistance et recule plutôt que d’avancer. Milton rit aux éclats. Agacé ou vexé son père lui demande alors de venir lui donner un coup de main au lieu de rire comme ça. Milton se lève alors et tire sur la queue du veau. A votre avis que s’est-il passé? Le veau a avancé et est entré dans l’étable. Loin de moi l’intention de comparer un veau et un être humain…quoique!

De longues années plus tard, un psychologue rentre dans le bureau de Milton Erickson ,qui est déjà médecin, avec un jeune détenu. Le psychologue lui raconte qu’il a tout essayé et demandé également de l’aide à des collègues mais rien. Le jeune homme ne coopère pas et n’écoute personne. L’entretien ne dure que quelques minutes. Milton regarde ce jeune homme et lui dit qu’il veut le voir dans 15 jours mais qu’il pense qu’il n’est pas capable de changer de comportement.15 jours plus tard, le psychologue revient avec le jeune homme. Il ne sait pas, ne comprend pas ce qui s’est passé mais le jeune homme se comporte bien et est à l’écoute.Ce n’est pas de la magie, rassurez-vous. Milton a lancé un défi à cet homme qui l’a relevé pour lui prouver que Milton avait tout faux.

Je pense que ces anecdotes ont une certaines importance. Elles permettent de mieux comprendre qui était le créateur de l'hypnose Ericksonienne et donc par extension de mieux comprendre certains de ses mécanismes.

L’hypnose est l’état le plus naturel qui soit. Chaque jour, chacun de nous vit plusieurs expériences d’hypnose sans le savoir. Quand vous regardez un film, lisez un bon livre, jouez à des jeux vidéos. On est comme absorbés, hypnotisés .

Quand vous empruntez un trajet depuis un certain temps, qui se souvient chaque seconde de quelle couleur était le feu à telle ou telle intersection? Combien de piétons vous avez laissé passer? Comment étaient-ils habillés? Etc.

Les enfants sont très souvent en état d’hypnose…en faisant comme si. Un jour ils sont pompiers, le lendemain des aventuriers ou des médecins ou tout autre personnage imaginaire. Au moment où ils jouent ils vivent cette expérience comme si ils étaient ces personnages grâce à leur esprit créatif.

En quelques mots l’hypnose Ericksonienne n’a rien à voir avec de la magie comme une cliente m’a dit, ni du spectacle comme on peut le voir dans les salles ou maintenant sur les écrans de télévision.

L’hypnose Ericksonienne consiste en toute bienveillance et j’insiste sur ce mot qui est le plus important dans notre pratique, à aller chercher les ressources dont dispose le sujet, acquises durant les différentes expériences vécues, les compétences acquises au fil des années. Mon rôle en tant que « guide » durant les séances est de m’adresser à la partie inconsciente, la partie créative de la personne pour qu’à nouveau il puisse être capable d’affronter les situations problématiques et ainsi les vivre différemment. La partie inconsciente est celle qui nous protège à chaque moment de notre vie.

Durant le premier rendez-vous, le plus important est de créer un lien de confiance entre le sujet et moi-même. Sans ce partage, rien n’est possible. Rien ne sert non plus de forcer une personne à commencer une thérapie. Il faut que la personne veuille emprunter le chemin du changement. Ce premier rendez-vous est primordial pour des séances de qualité. Ce que j’appelle une séance de qualité n’a rien à voir avec le fait que la personne doit se trouver sous hypnose profonde ou légère. Juste cette confiance pour que la personne lâche prise et vive cette expérience nouvelle comme positive.

Pendant toute la durée de la séance, contrairement à certaines idées reçues, la personne est totalement consciente de ce qui est dit et des émotions qu’elle vit. En aucune façon, le sujet dort et se réveille sans avoir le souvenir de ce qui s’est passé. Nous ne faisons pas de la magie. La bienveillance est le maître mot. C’est également pour cette raison que nos suggestions lors de l’état de transe est indirecte. Aucune suggestion directe qui pourrait avoir des incidences néfastes sur le sujet.

Une cliente m’a raconté que son ancien thérapeute lui avait suggéré directement le fait qu’elle était probablement homosexuelle durant une transe. Ce qui a provoqué chez elle d’autres troubles étant donné qu’elle n’avait jamais envisagé cette possibilité et remettait toute sa vie en question. De faux souvenirs ont été créés.

Depuis nous avons débuté une thérapie et il s’est avéré qu’en fait ses problèmes sexuels venaient d’une mauvaise expérience. Sa première fois a été vécue comme une agression.

Aujourd’hui, après 5 années, elle est à nouveau amoureuse. Quelques problèmes sont encore à traiter mais rien à voir avec cet événement malheureux.

J’ai reçu l’an dernier une femme qui comme elle me le disait avait tout pour être heureuse mais se sentait mauvaise dans tout ce qu’elle faisait. Son travail l’accaparait le jour et ses enfants le soir mais elle avait l’impression de passer à côté de l’essentiel : sa famille.

Les moments avec ses filles et son mari se passaient mal dans la mesure où elle s’énervait souvent, n’avait plus cette patience dont les gens la qualifiait auparavant. Nous avons travaillé ensemble durant 2 séances sous hypnose après avoir fixé son objectif.

Le temps qu’elle passe avec eux aujourd’hui est de qualité et cela convient à tous. Son travail lui plait à nouveau et ne le voit plus comme un obstacle à sa vie. Elle apprécie partir le matin et encore plus rentrer le soir pour jouer avec ses filles et son mari.

Elle m’a appelé récemment pour un autre rendez-vous pour une phobie et m’a remercié pour avoir changé sa vie. Je lui ai dit que c’était très gentil de sa part mais le travail a été fait à deux et le résultat ne revient qu’à elle puisqu’elle a fait seule la démarche d’aller bien. Et il faut reconnaître qu’il est difficile de s’avouer qu’à certains moments de la vie on a besoin d’aide et qu’on ne peut pas s’en sortir seule.

La thérapie brève a pour objectif de traiter les symptômes de problèmes que chacun de nous rencontre à un moment où un autre de sa vie. Ces symptômes se déclarent généralement à des étapes: un mariage, une mise à la retraite, une naissance, un changement de cap dans le travail, un deuil, etc.

Je peux en parler en connaissance de cause pour avoir eu à gérer plusieurs problèmes et les résoudre. Pas à pas et enfin d’entretenir une relation différente avec. Étape par étape. Je suis devenue actrice de ma vie et plus jamais je ne souhaite être spectatrice. Aller mieux c’est bien mais aller bien… c’est mieux.

Et je reprendrai pour clore ce chapitre l’idée de Francine SHAPIRO (petite transition pour le prochain article) qu’il faut beaucoup du courage pour admettre de se faire aider par un professionnel quand on a conscience que quelque chose ne va pas.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le pouvoir des mots

Avant de commencer je tiens à préciser que la vérité n’est pas universelle, chaque personne, chaque discipline, chaque groupe social aura une vérité qui lui sera propre et c’est ici la mienne que je v

L'EMDR: un outil puissant

A tous ceux qui ont le courage d’aller mieux... Qu’est-ce que l’EMDR (Eye Mouvement Desensitization and Reprocessing) Comme l’indique le nom il s’agit d’un retraitement par la désensibilisation par mo